Article publié le 25/10/2019 par Johann Conus

La 60ème édition du Rallye International du Valais s'est déroulée du 17 au 19 octobre dernier sur les routes valaisannes.

Pour fêter dignement la 60ème édition, le rallye se déroula exceptionnellement sur trois jours. La journée du jeudi vit les concurrents affronter les terribles épreuves des Cols lors du coucher du soleil.

La journée du vendredi se déroula aux alentours de Sion alors que celle du samedi 20 octobre aux alentours de Crans-Montana avec de nouvelles spéciales.

La place des Casernes fut en outre animée avec le Rally Motor Show Emotion qui se déroula le vendredi et samedi et qui accueillit plus d'une centaine de véhicules de sport et de compétition avec des démos pour le plus grand bonheur des spectateurs.

La plus grande attraction fut sans conteste la présence du fantasque pilote américain Ken Block, venu ouvrir le rallye, et qui régala les yeux et les oreilles des nombreux spectateurs au volant de son impressionnante Ford Escort RS Cosworth "Cossie V2" !

Côté sportif, 69 équipages prirent le départ avec un joli plateau de 16 R5 comprenant entre autres deux nouvelles VW Polo GTI et une Hyundai i20. Une seule Ford Fiesta fut engagée par Jean-Marc Salomon. Laurent Métral était au départ avec son Escort WRC. Du côté des VHC, la quantité et la qualité furent de mises avec 18 voitures dont la moitié étaient des Ford !

Le rallye se résuma principalement en un duel entre le vétéran Olivier Burri et le Valaisan Mike Coppens, tous deux au volant d'une Škoda Fabia. Burri ouvrit le bal dans la petite première ES, puis confirma dans l'ES des Cols avec seulement 2,1 secondes de retard sur Jérémie Toedtli. Coppens répliqua dans la dernière ES nocture et remonta à la 2ème place, à 21 secondes derrière le Jurassien, tandis que Toedtli fut victime de soucis mécaniques sur sa Polo.

La journée du samedi vit une succession de scratches partagés entre Toedtli et Coppens qui resserra ainsi son retard sur Burri. Ce dernier répliqua finalement le samedi et s'offrit 2 scratches le matin pour ramener son avance à une trentaine de secondes.

La troisième place du podium se joua dans un premier temps entre le Belge Pieter Tsjoen et le fils d'Olivier, Michaël Burri. Tsjoen prit la main le vendredi en se rapprochant du duo de tête mais se sortit dans l'ES9 et dut abandonner. Le Tessinois Ivan Ballinari en profita pour placer sa VW Polo en 3ème place provisoire. Malheureusement pour lui, il se rata dans l'ES12 et endommagea irrémédiablement sa monture... Michaël Burri dut encore contrer les assauts de Cédric Althaus qui signa le scratch dans l'ES15, mais parvint finalement à terminer sur la 3ème marche du podium au volant de sa Fabia avec plus de 2 min 43 s de retard sur son père.

Olivier Burri signa ainsi sa 9ème victoire au Rallye du Valais et sa dernière ! Le pilote de 56 ans annonça en effet qu'il n'y reviendrait plus...

A noter toutefois que sur les 18 ES du Rallye, Jérémie Toedtli s'en adjugea 8... Sans sa panne du jeudi soir, il aurait sans doute pu prétendre à la victoire...

Les trois premiers protagonistes étant également engagés en TER Series, le podium fut donc le même.

Avec les soucis de Jérémie Toedtli en début de rallye, le Tchèque Bisaha Ondrej se retrouva sans adversaire à sa hauteur et remporta aisément la victoire en FIA ERT au volant de sa Hyundai i20 R5 avec plus de 5 minutes d'avance sur Aurélien Devanthey et sa Peugeot 208 R2...

Seul concurrent engagé en FIA R-GT, le Tchèque Petr Nešet?il rallia l'arrivée au volant de sa Porsche 997 GT3 et remporta la victoire, mais à une assez lointaine 30ème place au général...

En VHC, le Français Marc Vallicioni signa le premier scratch au volant de sa BMW M3 E30 mais céda ensuite le commandemant à une autre BMW, celle d'Erwin Keller qui fut nettement plus à l'aise dans les ES tortueuses des Cols. Le vendredi ce fut au tour des Escort d'être à l'honneur avec Bruno Rizzi qui signa le scratch de l'ES4 au volant de sa RS1600 MkI et s'empara de la tête, imité ensuite par Christian Blanchard et sa RS1800 MkII. Vallicioni aligna ensuite les scratches et remonta de la 12ème à la 5ème place avec toutefois encore plus de 3 minutes de retard sur les premiers. La dernière journée, les trois premiers ne changèrent pas de position, tandis que Vallicioni fut trahi par sa mécanique dans l'ES16, devant abandonner. Christian Blanchard remporta ainsi la victoire devant Bruno Rizzi. Guy Trolliet compléta le podium au volant de sa Porsche 911 Carrera.

Quelques membres du Ford Racing firent le déplacement pour assister à cette course et vous ramener quelques photos en souvenir.